Pourtant sorti il ya 3 ans, ce roman à réouvert ses pages cet été..Un mot glissé sur celui ci lors d'un magasine télévisé, une annotation vite tracée pour ne pas l'oublier, et l'achat fut rapidement fait..pour des heures d'une profondeur indescriptible, inegalée.

1275117_3180036_2_

Synopsis : 1914. L'empire britannique est à son zénith et Londres s'apprete à subir les foudres du Kaiser. Thommy Thomson oeuvre dans l'ombre pour un plumitif mégalomane quand un avocat lui propose un marché insolite : écrire l'histoire de son client, Marcus Garvey, un gitan accusé d'avoir assassiné au Congo les flics du duc qu'il servait. Publié avant le procés, le récit concourt par son immense succes a sauver de la potence celui que tout accuse. Il met à jour le détail de l'expedition enragée de deux aristocrates qui s'enfoncent dans la jungle congolaise jusqu'aux confins du monde,aiguillonnés par la fièvre de l'or. Avec Marcus, ils vont mener la premiere guerre verticale de l'histoire contre une armée insolite surgie des entrailles de la terre. Par convoitise pour une de ces créatures, les hommes ouvrent la boite de pandore et les intenses tropiques débrident ceux qui ne savent plus tenir leur rang. Les sang-bleu se révèlent de fieffées canailles et un pauvre domestique s'érige en sauveur de l'humanité. Dans cette aventure qui semblait établir le triomphe de la justice des hommes, tout n'est que chimère; seule la fiction y gagne des lettres de noblesses.

Un passage : "Il y avait des arbres dont les troncs ressemblaient à des épines plus longues que des baionnettes. Il y avait des arbres avec une ecorce en fer et des arbres avec des rides en velours. Certains projetaient leurs racines sur le sentier, et empechaient le passage avec une barricade en bois pardessus laquelle il fallait  sauter ou qu'il fallait même escalader. Il ya avait les arbres assassins, qui autour de leurs congeneres de la même facon qu'un serpent. Dans de nombreuses sections de ce tunnel végétal, l'atmosphere était si dense, l'air si pauvre en oxygene, que les hommes s'asphyxiaient. C'étaient comme de respirer du gaz chaud. La colonne n'avait pas d'autre solution que d'avancer au trot et de retenir sa respiration, comme si les hommes s'etaient trouvés sous l'eau et avaient tenté de gagner la surface avant de se noyer. Et le bruit. Une sorte de vombrissement ininterrompou et en spirale auquel se superposaient des tons graves..."

Mes sensations: L'impression de se trouver au milieu d'Avatar.. Des paysages si détaillés, si profonds, si vivants qu'on à l'impression d'être personnellement au centre de cette beauté naturelle. Des personnages imaginaires qui nous font rêver, une histoire si abilement menée qu'elle nous laisse sur une fin completement insolite et chamboulante.  Un decor coloré, violent, gigantesque. Des moments de lecture à perdre haleine. Un style de roman que j'ai rarement eu l'occasion de dévorer. Une merveilleuse surprise qui m'a permis de lire, d'imaginer, et de pouvoir inconsciemment, mettre en image cette fabuleuse épopée grâce aux hommes bleus cinématographiés en 3D...

A lire s'il vous plait...!!!!  ;-)